Région Sud

Le programme directeur de l’aménagement du territoire de 2003, conscient de la nécessité de faire progresser la coopération intercommunale pour atteindre les objectifs de sa politique, prévoyait de créer six régions d'aménagement: Nord, Centre-Nord, Est, Ouest, Centre Sud et Sud. Pourtant, force est de constater qu'à l'exception de la région Sud, ces régions n'ont pas pris forme. En 2003, la Région Sud s'est dotée du Syndicat intercommunal PRO-SUD, ayant les objectifs suivant:

  • fournir une structure de coopération régionale stable;
  • participer à l’élaboration du plan régional;
  • initier, accompagner, coordonner et réaliser des initiatives, activités et projets, notamment à caractère innovateur, destinés à concrétiser l’approche régionale tant sur le plan national que dans un contexte transfrontalier, et quel que soit le promoteur de ces initiatives, activités et projets;
  • soutenir le fonctionnement, au niveau de la Région Sud, d'un centre de documentation et de traitement de données statistiques et géographiques concernant l’aménagement du territoire et le développement régional.

Depuis 2005, en complément des instruments de planification formels, les conventions de coopération territoriale encouragent une approche de planification dynamique et flexible basée sur le dialogue et le développement de projets concrets. A travers ces conventions, les communes concernées ainsi que l'Etat luxembourgeois représente par le ministère ayant l'aménagement du territoire dans ses compétences s'engagent à mener un processus de planification et de développement intercommunal intégratif et durable. Elles sont caractérisées par un échange d'expériences et de savoir-faire intercommunal, interministériel et multidisciplinaire et contribuent à l’émergence d’une culture de planification plus participative.

Ce nouvel instrument a en quelque sorte repris le rôle du plan régional. C'est ainsi qu'une convention de coopération territoriale a également été signée avec le syndicat Prosud en 2015.

Stratégie de développement

  • Le concept directeur du SUD 2016

"Das Leitbild des Südens 2016"

Le concept directeur pour le Sud repose sur la version de 2005 et a été actualisée en concertation avec de nombreux acteurs de la région du Sud lors de la ZUKUNFTSWERKSTATT SUD 2015. En s’appuyant sur le concept directeur, les 11 communes du Sud, qui se sont associées depuis 2003 au syndicat de communes PRO-SUD, ont pour but de gérer ensemble cette mutation en se donnant une vision commune pour les 15 années à venir.

  •  « Man and the Biosphere » Programme de l'UNESCO

L’objet du programme « MAB » est l’étude et l’amélioration des relations entre les êtres humains et leur environnement. Il a pour missions de développer et de renforcer des modèles de développement durable ainsi que le partage des expériences en facilitant la diffusion et l’application de ces modèles à l’échelle mondiale.

Le 18 juin 2018, le comité PRO-SUD a officiellement posé la candidature de la région Sud au titre de « Réserve de Biosphère » du programme « L’homme et la Biosphère » de l’UNESCO.

La réserve de biosphère (RB) est une reconnaissance par l'UNESCO de régions modèles conciliant la conservation de la biodiversité et le développement durable, avec l'appui de la recherche, de l'éducation et de la sensibilisation, dans le cadre du programme sur l'Homme et la biosphère.  Les sites reconnus en tant que Réserve de biosphère obéissent à des critères communs définis dans un cadre statutaire de leur Réseau mondial formellement approuvés par la Conférence générale de l'UNESCO de 1995. Ils restent placés sous la juridiction souveraine des États où ils sont situés. L'ensemble de la réserve de biosphère doit être dotée d'une politique de gestion concourant aux objectifs de développement durable.

La désignation d’un site comme réserve de biosphère peut :

  • valoriser les efforts mis en œuvre par les différentes administrations communales et les acteurs de la société civile ;
  • sensibiliser les citoyens, les acteurs socio-économiques et les élus aux questions d’environnement et de développement ;
  • servir de « lieux d’apprentissage » où sont tentées des approches scientifiques en faveur de la conservation de la biodiversité ;
  •  apporter une notoriété et une nouvelle image de marque au Sud.

Le projet « MAB » peut ainsi substantiellement contribuer à la promotion et au développement de la région du sud ainsi qu’à la mise en œuvre des objectifs du programme directeur de l’aménagement du territoire.

Les principaux projets

  • Etude de cyclabilité

Avec le soutien du Ministère du Développement durable et des Infrastructures et en collaboration avec l’Administration des Ponts et Chaussées et la Lëtzebuerger Vëlos-Initiativ, le syndicat PRO-SUD a lancé une étude de cyclabilité dans les 11 communs membres. L’intérêt d‘une telle étude est d‘évaluer l‘état des voiries et de proposer des mesures à court voir long terme pour améliorer la sécurité du réseau (inter-)communal.

  • Enquête mobilité (19.9.2017)

Cette initiative a été lancée conjointement par le ministère du Développement durable et des Infrastructures, le syndicat PRO-SUD, le Verkéiersverbond et le LISER (Luxembourg Institute of Socio-Economic Research). Le public visé : les entreprises situées dans 25 zones d’activités de la région Sud. L'enquête s'est déroulée en deux phases, à savoir une 1re qui ciblait les employeurs (Automne 2016) et une 2e qui ciblait directement les employés (Printemps 2017).

Il est devenu essentiel de fluidifier le trafic. L’idée était donc d’identifier précisément les conditions de mobilité des entreprises, les modes de déplacements et les besoins des usagers dans des zones d’activités du Sud pour améliorer l'accessibilité vers ces pôles d'activité par des réponses spécifiques aux zones.

 Les premiers résultats ont été diffusés par LISER lors de la soirée du 19 septembre 2017 organisée par PRO-SUD à la Maison des Sciences Humaines à Belval. Le syndicat a également transmis les résultats finaux début décembre aux entreprises.

  •  Green Space in Urban Areas

En mai 2017, le syndicat PRO-SUD et l’Université du Luxembourg ont invité les acteurs du territoire au colloque intitulé « Espace vert en milieux urbains ». Les chercheurs de LIST, de LISER, de l’Université du Luxembourg, les experts de space4environment ou SICONA et Steven Beckers de Lateral Thinking Factory Consulting à Bruxelles ont montré l’émergence du concept de «ville verte».

L'objectif de ce colloque était de sensibiliser les acteurs opérationnels en aménagement urbain sur la nécessité de développer des « villes vertes ».

Dans ce cadre, la cartographie stratégique qui visualise les nuisances sonores et qui identifie les zones calmes de la région Sud a également été présentée

L'identification de zones calmes au niveau national se fait dans le cadre de la directive 2002/49/EC. Le projet  ainsi que les actions au niveau national sont en train d'être discutés au niveau national avec les communes. 

  • The Human Scale

Après une première projection au CNA de Dudelange en 2017, le film « The Human Scale » de l’architecte Jan Gehl a été une nouvelle fois présenté en septembre 2018 à la Maison du Savoir à Belval. La projection du documentaire « The Human Scale » a fait réfléchir, à la vie dans des agglomérations de plus en plus peuplées où la qualité de vie et l’échelle humaine ne sont plus pris en considération.

Cet évènement a été initié par le Ministère du Développement durable et des Infrastructures et organisé en coopération avec PRO-SUD. Une table ronde a suivi la projection du film. Les invités étaient : le Ministre François Bausch (MDDI), d'Ewa Westermark de GEHL, de Georges Mischo, vice-président de PRO-SUD et Bourgmestre d’Esch-sur-Alzette, et de Markus Hesse, professeur à l’Université du Luxembourg. Ils ont tous pu, à tour de rôle, exposer leur point de vue sur la question et l’impact d’urbanisation au Luxembourg.

Dernière mise à jour