Paysage dégradé

Les paysages dégradés sont ceux auxquels les populations n’attribuent plus de valeurs positives et de ce fait n’ont plus de rôle. C’est pourquoi ils sont le plus souvent l’objet d’un aménagement au niveau le plus approprié (national, régional, local).

La dégradation d’un paysage peut être causée par sa « désutilité » ou son abandon. On parle de « désutilité », lorsque le paysage a perdu le rôle qu’il jouait auparavant pour les populations, qui ont alors une perception négative du paysage qui est leur cadre de vie. Dans le cas d’abandon, on parle de friches, qu’elles soient industrielles, commerciales, touristiques, urbaines, agricoles ou constituées d’infrastructures abandonnées.

La dégradation d’un paysage peut résulter de sa simplification, c’est-à-dire de la perte du caractère et des valeurs du paysage en question, fondements de l’identité des populations. Le paysage n’est alors plus clairement perçu par les populations.

La dégradation d’un paysage peut être due à la perte de sa cohérence. On parle aussi de fragmentation. Le paysage ainsi dégradé n’est plus perçu comme un ensemble de caractéristiques en interrelation, mais comme une somme de fragments de territoires sans liens sociaux, culturels ou naturels entre eux. La dégradation d’un paysage peut être la conséquence d’une catastrophe naturelle ou technologique (pollution, incendie, inondation, glissement de terrain...). L’ampleur d’une catastrophe peut modifier radicalement les facteurs naturels ou humains qui ont déterminé un paysage et laisser place à un « paysage de désolation » dont la restauration peut être très longue, voire impossible.

 

 

 

 

Voir aussi

  • Paysage
  • Paysage du quotidien
  • Paysage remarquable

Retour au glossaire

Dernière mise à jour